Communiqué fédéral

Communiqué fédéral

COMMUNIQUÉ

 

La section fédérale des OSDD constate que les salariés doivent non seulement faire face à des difficultés de tous ordres qu’occasionne la pandémie de COVID 19 mais également, se trouvent confrontés de nouveau à un gouvernement qui s’illustre par sa volonté de mettre à bas les acquis des travailleurs.

A peine les annonces de « report » des réformes régressives faites (Assurance chômage, Retraites) que le gouvernement décide par ordonnances de remettre en cause les dispositions du code du travail, officiellement jusqu’au 31 décembre de cette année.

 

A Pôle emploi, dans les Groupes de Protection sociale, dans les Mutuelles, les employeurs ne sont pas les derniers à vouloir mettre en œuvre les dispositifs qui leur sont offerts et en profitent déjà.

 

Il n’est donc pas question pour FORCE OUVRIERE de signer des accords remettant en cause les droits conventionnels existants en matière de prise de congés, de temps de travail et de jours de RTT.

 

On ne fera d’ailleurs croire à personne que ces mesures sont de nature à combattre le COVID 19.

 

La section fédérale OSDD revendique :

Pour la sécurité :

  • La fermeture de tous les sites
  • Là où les salariés sont contraints de regagner leur lieu de travail, la mise en place de toutes les mesures de protection nécessaires.

 

Pour les horaires collectifs :

  • Le strict respect des règles en vigueur

 

La situation des télétravailleurs ne justifie pas que leur soient imposées des contraintes supplémentaires.

 

Pour les congés et RTT :

  • Aucun accord donnant la main aux employeurs sur l’utilisation des 6 jours ouvrables (Ordonnances Macron)

 

Pour les salaires :

Là où est mis en place le chômage partiel, nous exigeons le versement par l’employeur du différentiel permettant aux salariés de toucher 100 % de leur salaire net.

 

Les employeurs vont-ils prendre prétexte de la situation pour bloquer les négociations ? La plupart n’a pas attendu cette année pour privilégier les augmentations individuelles pour diviser les salariés au détriment des augmentations collectives.

 

  • Retrait des Ordonnances Macron
  • Priorité absolue à la préservation de la santé des salariés
  • Augmentation générale des salaires

 

 

Télécharger le document : Communiqué au format PDF


Télécharger le document