Au menu des réjouissances : la dématérialisation des titres restaurants

Au menu des réjouissances : la dématérialisation des titres restaurants

AU MENU DES RÉJOUISSANCES :

LA DÉMATÉRIALISATION DES TITRES RESTAURANTS

 

Alors qu’elle y était opposée il y a à peine quelques mois, le 19 mai, la direction a présenté au Comité d’Entreprise un projet de dématérialisation des titres restaurants.

 

Sans aucune obligation légale, ni contraintes, si ce n’est par sa propre volonté, la Direction souhaite dématérialiser les titres restaurants afin de, dit-elle :

 

- valoriser l’image du Groupe !! Mais travailler sur la qualité de service rendu à nos clients ne serait-il pas plus pertinent ?

- sensibiliser les collaborateurs aux services rendus par le digital !! Mais les collaborateurs ont-ils besoin d’être sensibilisés et formés sur les services rendus par une carte à puce ?

- sécuriser le processus de gestion des titres restaurants !!

 

Concrètement cela aurait pour effet, entre autres, en intégrant les règles légales de l’utilisation d’un titre restaurant dans la carte à puce :

- de limiter l’utilisation en fonction des jours de la semaine ;

- de plafonner le paiement à 19 euros par jour. Il sera donc impossible de lisser ses courses sur une semaine. Autant pour la qualité de vie et l’équilibre personnel/professionnel ;

- de limiter l’utilisation des titres restaurants aux points de ventes ayant mis leurs terminaux de paiements à jour. Le chiffre des points de vente transmis par la direction est inferieur aujourd’hui au nombre de restaurants et points de ventes alimentaires ;

- d’installer une sorte de loterie sur l’utilisation des Titres Restaurants. Dans la grande distribution, la liste des produits payables par titres restaurant est on ne peut plus complexe et opaque et il y a des grandes chances que vous découvriez au moment de payer votre déjeuner que tel ou tel produit n’est pas éligible.

 

La simplification parfois abusivement présentée comme un corollaire de la digitalisation ne doit pas masquer une forme de déshumanisation dans les relations.

Le jour où nous serons digitalisés et en télé travail on se rendra compte que c'est d'abord la relation humaine et sociale qui compte pour se sentir inclus dans la société.

 

Force Ouvrière demande donc à la direction de renoncer à ce projet qui :

- ne nous semble pas prioritaire au regard des enjeux actuels du Groupe en matière de digital.

- qui limitera la souplesse offerte par les titres restaurants « papiers »

- qui pénalisera sans aucun doute les salariés les plus modestes.

 

 

Télécharger le document : Flash inFO au format PDF


Télécharger le document