Commission santé sécurité et conditions de travail (CSSCT) du 15/10

Commission santé sécurité et conditions de travail (CSSCT) du 15/10

COMMISSION SANTÉ SÉCURITÉ ET CONDITIONS DE TRAVAIL
(CSSCT) DU 15/10

Préambules :

  • Point d’étape sur l’organisation de l’Action Sociale : Ce point important pour le transfert de ces salariés au sein de l’IRC (nouvel employeur) a été réclamé par l’ensemble des élus du CSE lors de la dernière réunion. Une commission SSCT supplémentaire a donc été programmée pour traiter ce sujet pour des échanges sur la nouvelle organisation de cette activité. Nos inquiétudes semblent justifiées car au dernier moment, la direction a souhaité reporter ce sujet à une date ultérieure. En effet, le point ne parait pas encore bien abouti à ce jour.

Dans le cadre du point sur le schéma immobilier, nous demandons que les mouvements liés aux salariés de l’action sociale soient mentionnés.

  • CICAS : malgré la conjoncture sanitaire, « la semaine des rendez-vous de la retraite » a été maintenue mais des ajustements ont été effectués avec la possibilité d’entretiens en distanciel.

Force ouvrière demandera un point de retour sur cette campagne ainsi que ces ajustements.

 

Point 1 et 2 : Présentation des référentiels sur les environnements de travail, dont le modèle d’implantation du Réseau Commercial et le modèle d’implantation du Réseau CICAS et Présentation de la feuille de route globale du Plan de Performance Immobilier

  • Déclaration de l’ensemble des élus :

« Vous nous faites un point sur le schéma directeur immobilier ce jour avec un certain nombre de documents que vous estimez certainement complets

Nous avons néanmoins plusieurs questions sur la mise en place opérationnelle de votre projet de déploiement

Nous découvrons que cela concerne plus de 6 466 salariés et la fermeture de 49 sites.

L’accord CSE prévoit une consultation des représentants de proximité, qui n’existeront plus au 1er janvier 2021 sur la partie RC.

C’est pourquoi nous demandons de sursoir à tous les déménagements après les élections, la mise en place du CSE et la désignation des nouveaux représentants de proximité. Il conviendra aussi de laisser le temps à ces nouveaux RP d’instruire correctement ces dossiers.

Aucun élément d’analyse ne permet de comprendre les décisions prises, concernant les déménagements, mais aussi le recours au Flex office ou au Coworking.

Vous ne nous indiquez pas les éléments qui justifient de tels mouvements de personnel.

Nous avons besoin :

  • De précisions sur les sites d’arrivée pour les salariés dont le site ferme.
  • D’avoir une vision plus précise du domaine d’activité des salariés (ADP ou RC) et des informations sur les salariés dépendant de l’activité sociale.
  • De visibilité sur les mesures d’accompagnement générales qui n’apparaissent pas dans le document.
  • D'un calendrier plus détaillé sur les opérations prévues.

Nous ne pouvons pas considérer la simple fourniture de ces documents comme une information valable, complète et définitive sur le sujet. »

  • Les salariés de la DR Paris (basée sur Montholon) et de l’action sociale de Montholon seront en Flex office. La direction recherche actuellement des locaux proches du site de Paradis. Aucune information ne nous a été transmise concernant leur site de rattachement pour les prochaines élections qui arrivent à grands pas.

Malgré des documents trop succincts, FO constate que l’aménagement des espaces ne respecte pas les conditions idéales pour une ergonomie satisfaisante en adéquation avec une bonne qualité de vie au travail, tant voulu par la direction. De plus, ce déploiement est vivement décrié par les élus (sur le site de Paradis : soucis sur l’acoustique, pas d’espace pour s’isoler, nombreuses télévisions installées sur les plateaux qui ne servent pas, de nombreux irritants...)

Enfin, les mesures sanitaires ne peuvent pas être appliquées comme définies par les préconisations gouvernementales.

 

Point 3 : Présentation de la démarche de diagnostic QVT

  • Pour relier schéma immobilier, espaces de travail (Flex office/coworking…) et QVT, FO attire l’attention de la direction sur le fait que la manière dont sont conçus les espaces de travail du groupe depuis quelques années peuvent impacter directement la qualité de vie et la performance des salariés. Même si nous entendons les nécessités d’économie et de performance, il convient de prendre en considération le fait que tous les métiers ne sont pas identiques et impliquent des contraintes (téléphone, travail sur plateforme, réunions multiples) et qu’il convient d’en tenir compte. Même si nous ne pouvons pas proposer un confort individuel pour chacun, nous ne pouvons pas nier que le développement massif des espaces ouverts et mal isolés joue sur la concentration et occasionne du stress au travail.
  • Des entretiens vont être réalisés concernant la Qualité de Vie au Travail dans le groupe.

Un échantillon de 100 personnes va être sélectionné, ce qui constitue un panel très faible au vu de la taille du groupe.

Il sera représentatif de toutes les directions et de tous les sites, de tous les niveaux, d’ancienneté, métiers et différents niveaux de management afin d’obtenir le plus large panel de représentativité.

Cela étant la DRH demandera ledit panel au management de proximité. Donc le volontariat pourrait être biaisé !

Les entretiens de 45 minutes à 1 heure vont mobiliser 2 consultants pendant un mois, ils seront anonymes et confidentiels.

  • FO revient sur les sujets qui y seront traités, et propose une piste de négociation c’est-à-dire d’envisager la qualité de vie au travail comme un levier dans la motivation des salariés du groupe, d’imaginer la possibilité d’offrir davantage de souplesse dans les horaires, les congés voire les périphériques de rémunérations afin de donner davantage de sérénité aux salariés et d’impacter positivement leur engagement au travail.

 

FO une équipe toujours à votre écoute !

 

 

Télécharger le document : Tract au format PDF


Télécharger le document