NAO 2019 : Quand l’employeur joue les Pères Noël gratuitement

NAO 2019 : Quand l’employeur joue les Pères Noël gratuitement

NAO 2019 : QUAND L’EMPLOYEUR JOUE LES PÈRES NOËL GRATUITEMENT

 

Gagner sa vie, cela ne fait point peine, et même fait plaisir. Ce qui irrite, c'est l'idée que ce salaire bien gagné ne vienne pas par le travail seul, comme un lièvre pris à la chasse, mais dépende encore de la volonté et du jugement de quelqu'un.

Emile-Auguste Chartier, dit Alain

 

Proposition de la Direction :

A compter du 1er avril 2019, l’ensemble des collaborateurs du GIE AG2R REUNICA, relevant des classes 1 à 8 et justifiant d’une ancienneté minimale de 18 mois à la date du 31 mars 2019 bénéficiera d’une revalorisation salariale dans les conditions suivantes :

► + 1,4 % sur les salaires hors primes d’ancienneté jusqu’à 35 000 € il sera vérifié que chaque collaborateur concerné par cette augmentation perçoive un montant mensuel minimal brut d’augmentation collective de 35 € ;

► + 0,8 % sur les salaires hors primes d’ancienneté de 35 001 € jusqu’à 45 000 € ;

► + 0,45 % sur les salaires hors primes d’ancienneté supérieurs à 45 000 €.

Les salaires sont appréciés sur la base d’un temps plein – ancienneté comprise - au 31 mars 2019.

 

Aucune organisation syndicale ne sera signataire de cet accord, pour FO en voici les raisons :

  • L'ensemble de l'enveloppe est inférieur à l'augmentation de l’indice INSEE du coût de la vie et ce depuis 5 ans. Nous n’acceptons pas que les salariés perdent année après année du pouvoir d'achat et donc de la qualité de vie. Si l’augmentation collective des salaires ne garantit plus au minimum cela, quel sens a cette négociation ?
  • Sauf si une augmentation en euro constitue une réelle augmentation pour tous, nous refusons le système d’augmentations par palier couperet et revendiquons un système par pourcentage uniforme à tous les salariés. Seul système égalitaire pour le maintien de la qualité vie de chacun … quelle différence entre un salarié à 35 000 € annuel et le collègue à 35 001 € ?
  • 18 mois de présence nécessaire pour obtenir cette augmentation. Les nouveaux CDI et la quasi-totalité des CDD (11% de l’effectif) en seront donc privés. Pouvons-nous accepter cette différence de traitement entre nous ?
  • Notre employeur bénéficie d'allègements de charges (9 millions d'euros pour notre Groupe !) dont nous condamnons fermement la nature puisqu'ils constituent le prélude à la disparition du salaire différé et donc de toute la protection sociale collective. Et dans ce contexte, il ose nous proposer une augmentation générale inférieure au pouvoir d'achat !

Enfin, la Direction qui se repose sur la volonté et l’engagement de chacun d’entre nous pour faire face, année après année, aux enjeux de notre Groupe, se refuse encore une fois de reconnaitre cet engagement par une augmentation générale digne de ce nom … Ce malgré la dégradation de nos conditions de travail ; sous-effectif, volume de travail croissant, outils non adaptés, etc. Jusqu’à quand ce déni continuera-t-il ?

 

Nous pouvons comprendre que notre Groupe cache ses difficultés derrière une belle vitrine de chiffres faramineux mais nous refusons que ce soit toujours les mêmes qui subissent ... Nous, les salariés !

 

Pour ce les organisations syndicales avec votre appui doivent faire face en un front uni, revendicatif et déterminé, ce qui a toujours été dans l’ADN de FO !

 

Année

Inflation moyenne annuelle

Augmentation octroyée

2019

1,2%

- 35K

Entre 35K et 45K

+ de 45K

35€ (1.4%)

0.8%

0.45%

2018

1,8%

- 35K

Entre 35K et 45K

+ de 45K

1.2%

0.6%

0.4%

2017

1%

0

2016

0,2%

0

2015

0%

0

Total

4,2%

2.6%

Soit une perte de 1.6% de pouvoir d’achat

1.4%

Soit une perte de 2.8 % de pouvoir d’achat

0.85%

Soit une perte de 3.35 % de pouvoir d’achat

 

Tableau récapitulatif sur 5 ans de l'indice INSEE et des augmentions octroyées mettant en évidence la perte du pouvoir d'achat et de la qualité de vie.

 

Cela permettrait simplement le maintien de notre pouvoir d'achat car si les augmentations collectives ne servent plus à cela alors quid de notre pouvoir d'achat à moyen terme ?

 

Cela démontre bien que depuis des années, notre employeur a décidé de ne plus tenir compte de l’indice INSEE relatif au pouvoir d’achat pour mesurer le montant de l’augmentation générale mais de s’en tenir aux augmentations individuelles distribuées, ce qui signifie que chaque salarié devra se manifester auprès de son manager pour obtenir une éventuelle augmentation individuelle lui permettant uniquement de maintenir son pouvoir d'achat. Et ce tous les ans….

 

La question des salaires et du pouvoir d’achat est la question qui intéresse tous les salariés en France, quelle que soit leur classification. La paupérisation touche tout le monde, et ce même dans notre branche.

 

 

Télécharger le document : Flash inFO au format PDF

 


Télécharger le document