Réunion NAO du 13 mai

Réunion NAO du 13 mai

RÉUNION NAO DU 13 MAI

 

Dans un contexte de crise lié au COVID 19, la dernière réunion de négociation annuelle obligatoire (NAO) s’est déroulée le 13 mai avec un budget fixé par la direction de 1,4% de la masse salariale pour les augmentations collectives et individuelles, répartit comme suit :

 

  • 0,72% pour les Augmentations Collectives (AC) réparties en 3 tranches :

 

⇒    Salaires jusqu'à 35 000€ = + 1%

⇒    Salaires entre 35 001 et 45 000€ = + 0,6%

⇒    Salaires supérieurs à 45 000€ = + 0,43%

Avec un plancher de 220€ annuel

 

  • 0,39% pour les Augmentations Individuelles (AI) dont 0,05% pour les augmentations légales ou conventionnelles  
  • Les primes individuelles, étant hors enveloppe NAO, ont déjà été versées en février
  • Effet report sur les augmentations 2019 = 0,3% 

 

Date d’effet des AC et AI au 1er juillet versement paie de juillet sans rétroactivité !

 

A ces mesures s’ajoute une prime Macron de 300€ plafonnée à 3 fois le SMIC et qui sera proratisée par rapport au temps de présence avec un versement sur le salaire de juin.

 

La direction intégrera à l'accord NAO le principe d’octroi, de façon pérenne, de tickets restaurant à tous les salariés bénéficiant d’un RIE pour les jours où ils seront en télétravail.

FO demande cette obtention depuis le début des négociations Télétravail.

 

______________________________

 

Après plus de 4h de négociations uniquement sur cette dernière réunion, l’employeur spécifie fermement qu’il n’ira pas plus loin et refuse de s’exprimer de manière formelle sur une décision unilatérale de sa part garantissant ces mesures.

 

Depuis la signature de l’accord télétravail nous n’avons eu de cesse de dénoncer la discrimination envers les salariés disposant d’un restaurant inter entreprise (RIE). En effet ils ne disposent pas de compensation pour leur frais de repas contrairement aux collègues sans RIE

 

Cette mesure que nous revendiquons depuis novembre 2018 sera actée dès la signature du présent accord ainsi tous les salariés travaillant à distance bénéficieront des TR. Dans la mesure où 60% de la valeur faciale du TR est prise en charge par l’employeur, cela n’est pas négligeable et rétablit une justice sociale vis-à-vis de tous les salariés.

 

Une réunion de négociation sur la mise en place de ceux-ci sera prochainement programmée.

 

Nous revendiquerons une large rétroactivité ainsi que le choix pour les salariés d’y souscrire ou pas.

 

Il faut également noter la mise en place d’une prime Macron de 300€ que l’employeur refusait depuis l’ouverture des NAO (même proratisée).

 

De plus il faut quand même acter que depuis le début de cette crise sanitaire, l’employeur a respecté les 3 axes majeurs sur lesquels nous n’accepterions aucun compromis :

  1. Protection des salariés (condition sine qua non) : fermeture des sites,
  2. Sauvegarde de l'outil de travail et de l’emploi : continuité de la production par tous moyens possibles de travail à distance,
  3. Maintien des salaires : quel que soit le cas de figure.

 

Cependant la contrainte imposée concernant la prise de congés et de JRTT pour le mois d’Avril complétement inadaptée nous a incité à saisir l’inspection du travail. Ce dossier est toujours en cours et nous espérons toujours obtenir gain de cause pour les collègues impactés après l’envoi d’un courrier de cet organisme à l’employeur.

 

Aussi, après consultation de nos adhérents et à l’écoute de tous les salariés du groupe, nous avons décidé de tenir également compte de la situation due à la crise sanitaire et d’accepter de signer cet accord.

 

Cependant que la Direction ne s’y trompe pas, nous continuerons à combattre et à être vigilants sur la politique salariale mise en place depuis de nombreuses années !

 

À condition exceptionnelle, signature exceptionnelle !

 

 

Télécharger le document : Tract au format PDF


Télécharger le document