Salariés AG2R au bord de la crise de nerfs !

Salariés AG2R au bord de la crise de nerfs !

SALARIÉS AG2R AU BORD DE LA CRISE DE NERFS !

Durant le deuxième confinement, selon l’institut OpinionWay, la moitié des salariés ont été en situation de détresse psychologique et 31% risquaient la dépression. Les plus touchés ont été les jeunes, les femmes et les managers.

 

Voilà qui aurait dû faire réfléchir notre Direction Générale et tout particulièrement notre DRH.

 

Un timing bien mal choisi alors que commencent les négociations sur la Qualité de Vie au Travail (QVT), les salariés de Reims et de Toulouse ont appris, lors d’une réunion de service, la fermeture de leur service prestation santé.

Ce sans ménagement ou autre horizon d’avenir !

 

Depuis cela se traduit par des arrêts de travail pour les uns et une détresse psychologique pour les autres.

 

Bien-sûr cela s’est fait sans consultation des Instances Représentatives du Personnel (IRP) qui, le jour même ont saisi la DRH qui dit ne pas être au courant… y aurait-il des Directeurs qui jouent avec la santé des salariés à leur insu ?

 

Pour l’instant, nous avons obtenu de la DRH qu’un point soit fait lors du Comité Sociale et Économique (CSE) du 19 octobre. Pour FO cela est très insuffisant et demandons d’ores et déjà :

  • l’abandon du projet,
  • une enquête de la Commission Santé, Sécurité et Conditions de Travail (CSSCT) conjointement avec les Représentants de Proximités sur les conséquences psycho-sociales dues à cette annonce,
  • l’étude, avec les salariés concernés et leurs représentants, d’un plan de reclassement sur site avec de réelles opportunités d’évolution de carrière.

 

Nous pensons que nos démarches seront plus efficaces que d’envoyer des Directeurs, maladroits pour ne pas dire méprisants, au chevet des salariés afin de leur expliquer qu’il « faut savoir s’adapter à un monde qui bouge » et qui au passage refusent la présence des Délégués Syndicaux Locaux (DSL) à ces réunions !

 

Et comme notre employeur apprend très vite de ses erreurs, c’est encore sans en informer les IRP qu’il met en place des sites pilotes sur le flex-office (Paris-Paradis, Lille-Mons, ...)

 

NON !

NE VOUS EN DÉPLAISE CE N’EST PAS COMME ÇA QU’ON PROCÈDE !

 

Nous allons donc saisir l’Inspection du Travail et demandons à l’employeur de terminer les négociations télétravail avant de songer au flex-office et qu’ensuite il y ait une négociation qui garantisse des garde-fous sur le sujet, ce avant même de mettre en place des sites pilotes !

 


FO une équipe toujours à votre écoute !

N’hésitez pas à nous contacter :

BG_FO_AG2R_IRC@ag2rlamondiale.fr

 

 

Télécharger le document : Tract au format PDF


Télécharger le document